Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR, opposition) porte des critiques contre les manifestations de rue qu’organise les 29, 30 et 31 août le parti Union pour la République (UNIR, parti au pouvoir) pour exprimer son soutien aux institutions de la République.

Ces critiques ont été exprimées dans un communiqué rendu public dimanche 28 août 2017, communiqué à travers lequel le parti de Me Yawovi Agboyibo qualifie de « curieuse » la marche projetée par le RPT-UNIR sur les journées des 29, 30 et 31 août sans, fustige-t-il, « spécifier en justifications aucune revendication à l’endroit du gouvernement ».

Le CAR indique interpeller « une fois encore » le chef de l’Etat au respect des engagements pris dans l’APG et lui demande de prendre les dispositions qu’il faut pour « répondre aux préoccupations des populations concernant les réformes politiques ».

Le parti de l’ancien Premier ministre, qui n’est pour le moment pas membre des regroupements constitués autour des revendications du Parti national panafricain, demande dans son communiqué à ses militants de participer aux activités qu’organiseront le Groupe des 6, le PNP et CAP 2015.

Pour rappel, UNIR organise à Lomé, des marches de trois jours pour condamner les violences nées des manifestations du 19 août du PNP, soutenir les institutions de la République et manifester son adhésion à la politique menée par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

Raphael A.

Les manifestations projetées par le Parti National Panafricain (PNP), le Combat pour l’Alternance politique en 2015 (CAP 2015) et le Groupe des 6 pour exiger le retour à la constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora, bénéficient de soutiens de plusieurs formations politiques proches de l’opposition dont l’Union des Forces de Changement (UFC), le Nouvel Engagement Togolais (NET) et le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR).

La jeunesse de Changement de l’UFC qui se définit comme le « fer de lance » de ce parti, a dans un communiqué rendu public ce 28 août, exprimé son soutien aux initiatives de l’opposition et appelé les militants de l’UFC à sortir pour manifester contre le pouvoir en place.

Après analyse de la situation sociopolitique actuelle du Togo, indique le communiqué de l’UFC, la jeunesse des Forces de Changement, « fer de lance du parti politique Union des Forces de Changement (UFC) de Me Gilchrist Olympio » déclare que M. Gilchrist Olympio en signant le 26 mai 2010 l’accord avec le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT), devenu par la suite Union pour la République (UNIR) croyait en la « bonne foi de ce régime pour un meilleur essor du peuple togolais et à termes, aboutir à une alternance pacifique au Togo à travers les réformes constitutionnelles et institutionnelles qui constituent l’un des points essentiels de cet accord ».

Malheureusement 7 ans après, fustige le communiqué, la jeunesse des Forces de Changement dit avoir constaté avec « amertume que l’objectif essentiel de l’accord n’est pas atteint c’est-à-dire les réformes ne sont pas toujours opérées, la misère du peuple togolais est toujours ambiante, le sang des Togolais continue de couler ».

Tirant leçon de tout cela, les jeunes des Forces de Changement de M. Gilchrist Olympio, dit soutenir le « peuple togolais dans ses réclamations fondées et légitimes » et déclare  « solennellement qu’elle reste et demeure aux côtés du peuple pour obtenir les réformes tant attendues et souhaitées par les Togolais ».

Et pour matérialiser cet engagement, cette jeunesse appelle dans son communiqué, tous les militants de l’UFC à « participer massivement aux marches prévues par l’opposition ».

Il faut rappeler que l’UFC compte toujours plusieurs ministres dans le gouvernement Komi Sélom Klassou. Le parti demeure dans un accord politique avec le parti au pouvoir signé en mai 2010 destiné à gérer de commun accord le pays et à réaliser les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles prévues.

Théophile K.

Appel de Togo mort lancé par les partis politiques PNP,CAP 2015,et le groupe des six est bien suivi et respecté par la population de Lomé.

Le parti Union pour la République (UNIR, parti au pouvoir), sera en démonstration de force dans les rues de Lomé les 29, 30 et 31 août prochains. Une manifestation destinée, selon les premiers responsables de cette formation politique, à « soutenir les institutions de la République et à dénoncer les actes de violence commis contre les forces de l’ordre et de sécurité dans leurs missions ». Cette annonce a été faite ce jeudi 24 août 2017 au sortir d’une rencontre des cadres de cette formation politique, venus de tout le pays et réunis à Lomé pour discuter des récents événements sociopolitiques que le pays a connus.

Gilbert Bawara, à qui l’honneur est revenu d’annoncer l’événement aux médias, a mis l’accent sur les objectifs qui sont ceux de ces manifestations de trois jours. « Ces marches ne sont pas destinées à s’opposer à qui que ce soit parce que nous cultivons l’esprit de fraternité, nous n’avons pas au-delà des combats politiques, à nous considérer comme des ennemis car nous sommes tous des Togolais », a-t-il insisté.

Ces manifestations, a-t-il tenu à faire savoir, sont plutôt destinées à réaffirmer l’attachement du parti UNIR et de ses militants à la « démocratie et à l’état de droit ».  « UNIR veut soutenir fermement les institutions démocratiques et faire en sorte que les Togolaises et Togolais, partout où ils sont sur le territoire national, cultivent l’unité et la fraternité entre eux. C’est beaucoup plus une marche citoyenne et républicaine », a-t-il martelé.

Pour le militant Bawara, le parti au pouvoir ne pourrait ne pas être sensible lorsque les valeurs d’unité et de fraternité sont mises à mal dans le pays par une frange de la classe politique.

À cette occasion, le natif de Doufelgou a réaffirmé l’engagement de sa formation politique à réaliser les réformes exigées de façon global et dans un esprit consensuel.

Il faut rappeler que le Parti national panafricain (PNP) de Me Tikpi Atchdam, le Combat pour une alternance politique en 2015 et le Groupe des 6 avaient eux aussi, appelé mardi leurs militants à une démonstration de force dans les rues de Lomé les 30 et 31 août prochains pour disent-ils, exiger la libération « immédiate et sans condition » des personnes arrêtées lors des manifestations du 19 août dernier, la mise en place d’une commission d’enquête chargée de situer les responsabilités et de traduire en justice les auteurs et les commanditaires des violences des 19 et 20 août 2017, l’arrêt « immédiat » des persécutions, des arrestations, des poursuites et des violences à l’encontre des militants et des responsables du PNP, l’arrêt « immédiat » à l’entrave à l’exercice du droit constitutionnel de manifestation, le retour à la constitution originelle du  14 octobre 1992 et la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote pour les étrangers.

A.Y.

Page 7 sur 234

Nos Partenaires

Liens

Citation Proverbes africains

  • Si tu es neutre en situation d'injustice, c'est que tu as choisi le coté de l'oppresseur 

    Desmond TUTU