Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

Nicolas Lawson ne comprend pas l’enthousiasme que suscite l’élection d’Emmanuel Macron en Afrique. Invité sur radio Taxi Fm, le président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) a eu ce mardi l’occasion d’expliquer sa position jugée « atypique » par les observateurs. « L’élection d’Emmanuel Macron est un non-événement dans la mesure où elle était attendue », a-t-il décoché d’entrée de jeu.

Le patron du PRR qualifie la dernière élection présidentielle française d’« étrange » qui a montré d’après lui, toute l’étendue de la « corruption des politiciens français ». « On ne peut pas imaginer que M. François Fillon ait déclaré qu’il ne serait pas candidat à l’élection s’il était mis en examen. Effectivement il a été mis en examen mais il a poursuivi sa candidature au mépris de toutes les valeurs humaines bloquant la solution B. Fatalement il a été éliminé », dénonce le très prolixe politicien togolais qui condamne au passage, le soutien de « l’oligarchie financière et des coteries de toutes sortes » dont a bénéficié selon lui, l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande devenu depuis le 7 mai 2017, le 8ème président sous la 5ère République française.

De cette élection, Nicolas Lawson entend tirer des leçons et appelle tous les Africains à en faire autant. Les Africains doivent comprendre que la « corruption des sociétés les amène toujours à des choix comme ça où un jeune homme de 39 ans devient président de la 6ème puissance mondiale sans qu’il ait véritablement des qualités qui permettent de conduire une grande nation et de faire face aux mutations mondiales d’aujourd’hui », a-t-il martelé.

Fidèle à ses habitudes, l’homme fort d’Aného n’oublie pas de décocher à l’endroit de ses pairs de l’opposition, quelques fléchettes destinées selon lui, à les réveiller de leur torpeur.  « Ces soient-disant opposants, le peuple et le monde voient leurs limites. Ils sont arrivés à un point où ils n’ont plus des idées, ils n’ont plus rien du tout », avance-il dénonçant les opposants devenus des « professionnels de la marche », des « professionnels de la contestation » mais qui ne « proposent rien ».

« Comment dirige-t-on une nation quand on n’a pas de projet, quand on n’a pas de vision quand on n’a pas une ambition nationale ? Je les appelle à la conscience, qu’ils arrêtent ce qu’ils sont en train de faire. Si ce n’est pas pour marcher, c’est pour aller rencontrer des ambassadeurs, des chefs traditionnels ou des bureaucrates des institutions supranationales pour leur demander de les aider à avoir des réformes dans leur pays. Mais quelle déchéance, c’est extraordinaire. De toutes les façons ils sont déjà discrédités, ce sont des gens qui ne peuvent plus rien », a-t-il fait savoir.

A.Y.

Le parti Santé du Peuple de Dr Georges-William Kuessan se réjouit de l’élection en France d’Emmanuel Macron. Cette élection, avance ce parti dans un communiqué rendu public lundi et transmis à l’Agence de presse Afreepress, est le « choix de la raison et la victoire du rassemblement démocratique de la totalité de la classe politique française derrière Emmanuel Macron ».

S’inspirant de la dynamique qui a conduit à l’élection du candidat du mouvement « En Marche », le Parti Santé du Peuple appelle l’opposition togolaise à tirer des leçons de cela pour, dit-il, « faire adopter les principes de convergence à chaque fois qu’il y a nécessité de barrer la route à un adversaire commun ».

Il rappelle par ailleurs le pouvoir de Faure Gnassingbé à procéder aux réformes institutionnelles et constitutionnelles afin, dit-il que le peuple togolais puisse à l’instar du peuple français, « avoir droit à une élection à deux tours», gage, estime-t-il d’un jeu électoral équitable et démocratique.

A.Y.

Comme annoncé, le président ghanéen, Nana Akufo-Addo et son homologue togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, se sont rendu mercredi 03 mai au poste frontalier juxtaposé de Noépé dans la préfecture de l’Avé, a appris l’Agence de presse Afreepress. Cette sortie de terrain s’inscrit dans le cadre de la visite d’Etat de 48 heures qu’effectue le président ghanéen au Togo.

Plut tôt dans la journée de mercredi, les deux chefs d’Etat, assistés de leurs collaborateurs respectifs, ont abordé au nouveau palais de la présidence à Lomé l’état de la coopération entre leur pays dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique. Plusieurs projets ont été revisités au cours  de cette séance de travail. Le lancement du projet transfrontalier de production et de distribution d’eau potable à partir du fleuve « Volta » au profit des communautés des deux pays, la fourniture de matériels végétaux performants, la fourniture de géniteurs améliorateurs de volailles, le partage d’expériences dans les filières agricoles et halieutiques, ont été au menu de cette rencontre entre les deux personnalités.

Les délégations ghanéennes et togolaises ont convenu au cours de leurs échanges,  d’accélérer la mise en œuvre du projet transfrontalier d’eau potable de Sogakope-Lomé, en commençant par une « actualisation de l’avant-projet sommaire et de l’étude de faisabilité du projet » et par une « évaluation des impacts environnementaux du projet ».

Les deux présidents ont ensuite visité les installations « modernes » du Port Autonome de Lomé.

Raphael A.

L’Union des Forces de Changement (UFC) de Gilchrist Olympio se rappelle les événements du 05 mai 1992 ayant occasionné plusieurs morts et blessés dans les rangs des militants de cette formation politique.

Ce vendredi 05 mai, date anniversaire de ce « triste » événement, l’UFC rend hommage aux victimes de cette agression armée à travers un communiqué dont l’Agence de presse Afreepress a reçu copie.  

« En ce  jour du 5 mai 2017, nous nous souvenons particulièrement du sacrifice  de nos compagnons dont la seule ambition était d’œuvrer pour l’avènement d’un Etat de droit et de la démocratie dans notre pays », avance Gilchrist Olympio dans ce communiqué où il réaffirme sa « détermination » et son « engagement » à œuvrer pour un « Togo meilleur ».  

« Cet événement tragique n’a pas estompé notre détermination et notre engagement pour un Togo meilleur. Ce devoir de mémoire nous oblige à une responsabilité, faire aboutir ce combat pour un changement dans la paix, la tolérance, la fraternité », indique le président de l’UFC qui s’incline devant la mémoire de Docteur Marc Atidépé, Moussa Mama Touré, Ouro Atchankpa Zakari, Sama Tchatchibo Alasa.

Raphaël A.

Page 1 sur 41

Nos Partenaires

Liens

Contact us

Lome-Togo, +228 9009 4006

Citation Proverbes africains

  • Lorsque ton pied ramasse la merde, tu ne le coupes pas mais tu dois le laver.