Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

La Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET) est en grève sur l’ensemble du territoire national  depuis mercredi 21 février dernier et ce jusqu'au vendredi 23 février 2018. 

Il s’agit pour la CSET, de réclamer le statut particulier de l'enseignement et la clarification des critères d'octroi des primes et indemnités liées à l'application de ce statut.

Une situation qui commence par exacerber  les parents d'élèves qui ont exprimé mercredi, leur ras-le-bol sur les ondes de radio Victoire Fm. 

Ces parents d'élèves condamnent les grèves à répétition qui ont commencé depuis le début de l’année académique. Des grèves perlées, qui selon eux, « mettent à mal » l’avenir du pays et de leurs progénitures.

« Nous sommes tous des fonctionnaires. Dans l’administration togolaise, les indemnités et primes des enseignants sont à une hauteur élevée par rapport aux autres fonctionnaires. Il est temps qu’ils fassent aussi le minimum d'effort pour donner ce qu’il faut aux enfants en attendant que les autres revendications soient satisfaites avec le temps », ont-ils demandé.

Pour eux, les grèves enregistrées depuis le début de la rentrée sont si élevées que « même si les cours reprenaient, les enfants auront un retard considérable dans leur formation ».

Pour l'heure il n'est pas dans l'agenda de la CSET de ralentir ses mouvements, a prévenu mercredi Issa Abdoul Salami, un membre de la Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET). 

Il a par ailleurs rappelé que les enseignants réclament leur statut particulier et les primes et d’indemnités liées à ce statut. 

Raphaël A.

La 18ème Session extraordinaire du Conseil des Ministres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue du 20 au 21 février 2018 à Lomé. Sous la conduite du Ministre togolais des Affaires étrangères, Pr Robert Dussey, les travaux de cette session ont porté sur l’audition des candidats dans les différentes commissions et la nomination de nouveaux fonctionnaires statutaires, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Au total 17 nominations ont été approuvées par le Conseil des ministres de la CEDEAO. Il s’agit de 14 commissaires, 2 directeurs généraux et 1 auditeur général.

Le Togo obtient deux nominations au sein des commissions. Le poste de Commissaire au département commerce, douanes et libre circulation sera désormais occupé par Teï Konzi et celui du Groupe Intergouvernemental d'Action contre le Blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (GIABA) sera dorénavant occupé par Mouhamed Nour-Dine Assindoh.

En rappel, ces nouveaux commissaires prendront officiellement leurs fonctions le 1er mars prochain pour un mandat de 4 ans.

Raphaël A.

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a procédé ce jeudi 22 février 2018, au lancement officiel des travaux du Projet de Développement Rural de la Plaine de Djagblé (PDRD), localité située à 15 Km au Nord-Est de Lomé (préfecture du Zio), a appris l’Agence de presse Afreepress.

Le PDRD, informe la Présidence de la République, est un projet porté par l’Etat togolais avec l’appui financier de la Banque Arabe de Développement Economique en Afrique (BADEA) et de la Banque Islamique de Développement (BID) et se chiffre à 9,6 milliards de FCFA. 

Il dotera le canton de Djagblé et ses environs d’infrastructures socio-économiques de base y compris les aménagements hydroagricoles avec la maîtrise de l’eau sur une superficie de 340 hectares.

Des constructions de pistes rurales, la production de riz et des cultures maraîchères, la promotion de la pisciculture, l'amélioration de l’accès des populations à l’eau potable pour les 8 villages de la zone du projet, la construction d’infrastructures scolaires et de santé sont également à l'agenda du projet.

Selon les experts, le PDRD  va permettre la création de plus 724 emplois directs et 3400 emplois indirects et réduire le taux de pauvreté de 67% à 40%. 

Raphaël A.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les personnes détenues dans le cadre des manifestations publiques de rue et celles arrêtées dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et Kara, ont recouvré leur liberté. Cette mesure fait suite à l’accord intervenu le 19 février dernier au dialogue inter-Togolais entre le pouvoir et l’opposition.

Dans un communiqué rendu public jeudi 22 février 2018, le Mouvement Martin Luther KING salue le respect de cet accord par le gouvernement. Cette mesure « hautement louables » selon le mouvement, « résulte de la dynamique des mesures d'apaisement, préalables au dialogue inter-togolais ouvert le 19 février dernier entre l'opposition et le pouvoir sous la médiation Ghanéenne ». C'est la preuve une fois encore, s’exclame pasteur Edoh Komi, que si « les filles et les fils de ce pays sont animés d’une bonne volonté et de compréhension, ils peuvent accomplir l'aspiration et la destinée communes en vue d'un meilleur vivre ensemble et de bonheur partagé (sic) ».

Le MMLK se réjouit en outre, de la libération d’une partie des détenus et souhaite « ardemment de voir le reste des militants encore incarcérés et les membres du Mouvement Nubuéke,  recouvrer également leur liberté ».

Le mouvement dit saluer l'application de ces décisions sur décret du président de la République et espère que les engagements et résolutions qui seront pris à la fin  de ce dialogue, seront mis en application pour « l'intérêt supérieur de la nation ». 

Pour finir, le mouvement dirigé par pasteur Edoh Komi exhorte la classe politique togolaise à s’entendre au cours de ce dialogue sur l'essentiel.

Le gouvernement a procédé mardi et mercredi derniers, à la remise en liberté de plusieurs personnes arrêtées à l’occasion des manifestations de rue débutées le 19 août 2017. D’autres détenus dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et Kara ont eux-aussi, bénéficié de cette mesure.

Suspendu le 19 février pour 72 heures dans le but de donner une chance à la mise en œuvre des mesures d’apaisement décidées par le pouvoir et l’opposition, le dialogue inter-togolais reprend vendredi 23 février prochain en présence du médiateur ghanéen, Nana Akufo-Addo.

A.Y.

Page 1 sur 55

About

  • Curabitur porttitor, ipsum vel cursus faucibus, lorem tortor tempus nulla, quis mollis elit nisi at urna. Vestibulum commodo tortor arcu, nec pharetra ligula iaculis eget. Nulla hendrerit at risus et consequat. Donec viverra felis massa.

Quote

  • Si tu es neutre en situation d'injustice, c'est que tu as choisi le coté de l'oppresseur .

    Desmond TUTU