Winamp, iTunes Windows Media Player Real Player QuickTime Web Proxy

La Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET) est en grève sur l’ensemble du territoire national  depuis mercredi 21 février dernier et ce jusqu'au vendredi 23 février 2018. 

Il s’agit pour la CSET, de réclamer le statut particulier de l'enseignement et la clarification des critères d'octroi des primes et indemnités liées à l'application de ce statut.

Une situation qui commence par exacerber  les parents d'élèves qui ont exprimé mercredi, leur ras-le-bol sur les ondes de radio Victoire Fm. 

Ces parents d'élèves condamnent les grèves à répétition qui ont commencé depuis le début de l’année académique. Des grèves perlées, qui selon eux, « mettent à mal » l’avenir du pays et de leurs progénitures.

« Nous sommes tous des fonctionnaires. Dans l’administration togolaise, les indemnités et primes des enseignants sont à une hauteur élevée par rapport aux autres fonctionnaires. Il est temps qu’ils fassent aussi le minimum d'effort pour donner ce qu’il faut aux enfants en attendant que les autres revendications soient satisfaites avec le temps », ont-ils demandé.

Pour eux, les grèves enregistrées depuis le début de la rentrée sont si élevées que « même si les cours reprenaient, les enfants auront un retard considérable dans leur formation ».

Pour l'heure il n'est pas dans l'agenda de la CSET de ralentir ses mouvements, a prévenu mercredi Issa Abdoul Salami, un membre de la Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET). 

Il a par ailleurs rappelé que les enseignants réclament leur statut particulier et les primes et d’indemnités liées à ce statut. 

Raphaël A.

Les enseignants sont en grève du mardi 20 février au vendredi 23 février 2018. Un nième arrêt de travail qui n’est pas du goût des élèves qui sont encore descendus dans les rues dans les villes de Dapaong et de Kpalimé pour protester contre cette situation, a appris l’Agence de presse Afreepress.

Des sorties confirmées d’élèves à Dapaong et Kpalimé confirmées par, Atsu Atcha, le premier responsable de la Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET).

Anne KLIDJE

Les maraîchers, les ex-ramasseurs de sable marin et les victimes des travaux de la société Lomé Container Togo (LCT) sont montés au créneau samedi et ont fustigé le refus de la société à honorer ses engagements à leur endroit. C’est au profit d’une conférence de presse animée à Lomé et parrainée par le Mouvement Martin Luther King La Voix des Sans Voix que ces victimes ont révélé à l’opinion leur désolation et indignation face aux réticences des premiers responsables de la LCT à s’exécuter.

Ces personnes qui ont été affectées par les travaux de la LCT exigent l’application des clauses du plan d’action de réinstallation convenu et le versement par l’entreprise, des indemnités promises.

Le dossier est suivi par la Société Financière Internationale, a indiqué Pasteur Edoh Komi qui regrette que ce projet qui emploie beaucoup de personnes et génère de gros sous ne profite pas aux Togolais.

Il a promis de s’engager dans ce combat jusqu’à satisfaction des victimes. Ces victimes ont profité de l’occasion pour lancer un appel à l’endroit du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Ils l’ont appelé à s’impliquer d’avantage dans le dossier pour arracher une solution consensuelle.

A.Y.

Plus de 200 enfants handicapés, abandonnés, démunis et orphelins de Lomé et ses environs  ont reçu des  cadeaux composés de kits alimentaires, de vêtements  et de jouets à l’occasion de la célébration de la fête de Noel. La 2ème édition de cette initiative baptisée  « Mon Noël  à moi » est  portée par l’association « Enfant Espoir pour tous », en collaboration avec le ministère de de l’Action sociale, de  la Promotion  de la Femme et de l’Alphabétisation. 

L’événement selon ses organisateurs, constitue une chaîne de solidarité pour faire de la fête de Noel, un véritable moment d’amour et de partage avec les enfants maltraités, démunis, orphelins. Un repas chaud a été offert aux enfants errant et sans domicile fixe afin qu’ils sachent qu’il a y des gens qui pensent à eux.

« Nous accompagnons l’Etat dans toutes ses actions en ce qui concerne l’épanouissement des enfants. Ces enfants sont la relève de demain. Nous  leur donnons à travers nos actions, non seulement de l’espoir mais l’attention et l’amour nécessaires pour qu’ils puissent être des jeunes dynamiques qui vont développer le Togo demain », a  indiqué à Afreepress, la présidence  de cette association, Medissa Sama.

Le 24 décembre dernier, 250 enfants de rue orphelins et démunis de la ville de Kara ont également bénéficié des actions de l’association « Enfant Espoir pour tous ». Ce mercredi 27 décembre, les donateurs se déplacent à Kpomé avec les bras pleins de jouets et de kits alimentaires destinés à  150 enfants orphelins, démunis et handicapés

Christelle A.

Page 1 sur 7

About

  • Curabitur porttitor, ipsum vel cursus faucibus, lorem tortor tempus nulla, quis mollis elit nisi at urna. Vestibulum commodo tortor arcu, nec pharetra ligula iaculis eget. Nulla hendrerit at risus et consequat. Donec viverra felis massa.

Quote

  • Si tu es neutre en situation d'injustice, c'est que tu as choisi le coté de l'oppresseur .

    Desmond TUTU